ENTENTE SPORTIVE COEUR HERAULT : site officiel du club de foot de FONTES - footeo

Retour au passé

Les curiosités du football dans l’Histoire


L’International Football Association Board (IFAB) a la réputation d’avoir su s’ériger en protectrice du jeu, d’avoir su le faire évoluer dans le bon sens malgré deux changements de siècle. Pourtant, il est deux ou trois règles anciennes qui pourraient surprendre le footballeur le plus averti...

·         1. Au cours du premier match international de football, opposant l’Ecosse et l’Angleterre en 1872, les joueurs portaient des knickerbockers, des chapeaux et même des casquettes. A l’époque, le couvre-chef était une composante normale de l’attirail du parfait footballeur, une habitude vestimentaire qui a longtemps résisté au 20e siècle.

·         2. A l’époque des premières rencontres entre clubs ou entre nations, les ballons n’étaient pas vraiment sphériques. La coutume voulait que l’on gonfle une vessie de porc, qu’on l’attache aux deux extrémités et qu’on l’enveloppe de cuir, ce qui lui donnait une forme ovoïdale. C’est la découverte du caoutchouc dans les années 1860 qui a permis "d’arrondir un peu les angles".

·         3. Certes, les ballons du football d’antan prenaient du poids dans des conditions humides, mais ils étaient plus légers que ceux d’aujourd’hui. En 1889, la balle devait peser entre 340 et 425 grammes, mais cette fourchette est passée en 1937 à 396-453 g.

·         4. Les règles de la fédération anglaise de 1863 ne mentionnaient pas de barre transversale. Comme en rugby, pour marquer un but, il suffisait d’envoyer le ballon entre les poteaux, peu importe la hauteur. Lors des premières rencontres internationales, on a utilisé un ruban pour délimiter la hauteur des cages, avant d’instituer la transversale en 1875.

·         5. Le "mob football", un ancêtre du jeu moderne, est apparu en Angleterre au 12e siècle, suscitant rapidement un engouement remarquable. A tel point qu’il a été interdit à de nombreuses reprises par des décrets royaux. C’était un jeu violent dans lequel le meurtre était a priori le seul moyen d’empêcher que le ballon soit transporté à l’autre bout du village. L’Histoire dit que le roi Henry VIII y jouait fort adroitement.

·         6. Contrairement à certaines croyances, c’est la classe haute anglaise qui pratiquait le football des origines. Les règles du jeu ont d’ailleurs été arrêtées par les étudiants d’écoles et d’universités prestigieuses. Ce n’est qu’à la fin du 19e siècle que les classes ouvrières s’y sont mises.

·         7. La première réunion de la fédération anglaise de football, qui a eu lieu le 26 octobre 1863 à Londres, ne s’est pas vraiment achevée sur un consensus entre les 12 participants. L’un des clubs a quitté la table des négociations, mécontent de l’exclusion du "hacking" (coup de pied sous le genou) des règles originales.

·         8. Les tactiques les plus anciennes ressemblaient beaucoup à celles du rugby actuel. Les équipes disposaient d’attaquants lourds et puissants et, hors-jeu oblige, elles attaquaient par le biais de groupes ou de mauls pour porter le ballon vers le but adverse.

·         9. Les fautes et les arbitres n’avaient aucune place dans les règles originales. Il faut dire que, par défaut, les joueurs ne commettaient aucune faute intentionnelle. En fait, à cette époque, l’art du débat était presque aussi important que la technique balle au pied, puisque les joueurs pouvaient contester les décisions auprès des capitaines puis des juges. En 1891, les arbitres débarquent enfin sur le terrain.

·         10. Ce n’est qu’au 20e siècle qu’a été instauré le penalty. Pendant 10 ans, il pouvait être tiré de n’importe ou sur une ligne située à 11 mètres des buts. Il était appelé "tir de la mort".

·         11. Le mot "soccer" n’a pas été créé aux Etats-Unis. Au 19e siècle, dans les grandes universités britanniques, les étudiants s’en servaient pour parler des joueurs du nouveau jeu, "Association Football". Le suffixe "er" a été repris pour les pratiquants de rugby, dénommés outre-Manche "rugger".

·         12. La plupart des termes et des expressions utilisés en football sont d’origine militaire : défense, arrière-garde, ailier, attaque, etc.

·         13. Les règles édictées par la fédération anglaise en 1863 toléraient l’usage des mains. Si un joueur n’avait pas le droit de s’emparer du ballon quand il était à terre, il était parfaitement habilité à l’attraper en l’air pour faire un "mark" et obtenir un coup franc, sur lequel les joueurs adverses n’avaient pas le droit de charger.

·         14. Avant 1927, le football ne connaissait pas de David Beckham ni de Roberto Carlos puisque les buts sur coup franc n’étaient pas encore autorisés.

·         15. Avant 1912, les gardiens de but pouvaient se servir de leur main dans toute leur moitié de terrain, à l’intérieur comme à l’extérieur de la surface de réparation.

·         16. Ce sont les feux tricolores de la rue londonienne de Kensington High Street qui ont inspiré l’utilisation des cartons jaune et rouge. Ken Aston, arbitre anglais devenu Chef des arbitres à la FIFA, se promenait dans en centre-ville et réfléchissait à un moyen d’illustrer les avertissements et les exclusions. Le feu est alors passé du vert au jaune, puis du jaune au rouge, lui donnant l’idée des cartons.

·         17. Avant 1913, sur un corner, avant même de choisir entre un coup de pied sortant, rentrant, au premier ou au second poteau, le préposé avait la possibilité de jouer le ballon individuellement. La règle a changé après que de nombreux joueurs ont driblé des défenseurs avant de marquer.

·         18. Comme le tacle sous le genou n’existe que depuis peu de temps, les protège-tibias sont autorisés par les règles seulement depuis 1874. A l’origine, il s’agissait de versions raccourcies des protections utilisées en cricket.

·         19. Autrefois, avant de partir jouer un match, le gardien ne passait pas forcément une demi-heure devant son placard pour choisir sa tenue du jour. En effet, en 1909, il n’avait le droit qu’au bleu roi, au blanc ou à l’écarlate. En 1921, le choix était plus restreint : les portiers se vêtaient obligatoirement de jaune.

20. Les arbitres ont tenté de se mettre à la page au début du 20e siècle en adoptant une tenue composée d’un pantalon noir, d’un blazer et d’un nœud papillon

S'ÉPANOUIR AU FOOTBALL

Enfant-Football.jpg

Chaque année, les clubs sont concernés par ce fléau : l'abus d'autorité d'un parent sur leur enfant pendant un match.

Les conséquences de cette attitude abusive ?

Le dégoût de l'enfant de faire ce qui est à la base sa passion, son sport, son défouloir. L'équipe se divise et n'arrive plus à jouer ensemble. Les moqueries des uns sur les autres (rappelons-le qu'entre eux, ils sont parfois cruels dans leurs mots), ce qui amène la perte de confiance chez l'enfant. Le coach perd sa crédibilité face à son équipe, car son autorité a été sapée plus d'une fois. Tout les matchs se passent mal et très souvent se perdent = enfant frustré = parents en colère = mauvaise ambiance sur le terrain, aux vestiaires et sûrement à la maison.

Ce n'est pas ce que vous voulez ? Nous non plus. 

Si, nous nous efforçons à garder chacun notre rôle, l'équipe, les éducateurs, le club en général et vous parents, les enfants seront : plus sereins, confiant et heureux de vous montrer ce qu'ils ont appris durant l'entraînement et ce qu'ils savent faire pendant un match. L'important pour l'enfant, c'est de s'amuser avec les copains et s'épanouir dans le sport, ici, c'est le football.

Que ça se joue à 4, 5, 8 ou 11 ça reste un sport collectif. Et vous, parents de jeunes joueurs, vous faites partie de cette équipe que vous le vouliez ou non. Conscient ou pas de ce rôle et de ses bienfaits, votre rôle est capital dans le développement personnel de l'enfant. Après expérience de longues dates, nous avons essayé de regrouper les grandes lignes de ce fléau qui perdure, par 12 conseils qui résume le message* que nous voulons vous faire passer aujourd'hui.

Faisons l'effort tous ensemble pour le bon déroulement de la saison et ceci, saison après saison.

Les enfants vous en seront reconnaissants ainsi que les éducateurs :) 

L' ESC34 OBTIENT LE « LABEL JEUNES FFF »

LABEL-JEUNESrr-ESPOIR-FCSF-1-450x330.jpg

2017 - 2020

Le Bureau Exécutif de la Ligue du Football Amateur  a validé la démarche « Label Jeunes FFF » entamée par le club et décerne à celui-ci la distinction fédérale « Label Jeunes Espoir » pour une durée de 3 ans.

 Le LABEL JEUNE en bref

Le « Label Jeunes » FFF s’inscrit dans le cadre de la politique d’accompagnement des clubs par la fédération, ses ligues régionales et ses districts. Il représente une véritable distinction nationale, qui vise à récompenser les clubs les plus méritants en matière de structuration et de développement de la pratique des jeunes. Valable pour une durée de trois ans à compter de sa date d’obtention (jusqu’à la fin de saison de la troisième année), il a pour objectif de renforcer le projet club, qui doit se traduire par la mise en place d’une politique sportive autour de la pratique des jeunes, en cohérence avec la politique fédérale. La FFF est seule habilitée à décerner ce label, et ce à trois niveaux (par ordre croissant) :

Label Jeunes « Espoir » « Excellence » « Elite »

Le projet associatif : vise à structurer le club de façon à obtenir une organisation claire, cohérente, performante et sécurisante, dans le souci d’optimiser l’attractivité du club et de développer ainsi le mieux vivre ensemble.

Le projet sportif : vise à définir les formes et les niveaux de pratique du club en adéquation avec les besoins des pratiquants et déterminer les normes d’encadrement ainsi que les climats et les contenus d’entraînement.

Le projet éducatif : vise à renforcer le projet sportif à travers une bonne connaissance et un partage de règles de vie et du jeu au sein et en dehors du club. Le projet d’encadrement et de formation : vise à évaluer les besoins en termes d’encadrement et renforcer ainsi le niveau de compétences des encadrants du club.

Un grand Merci à vous tous, éducateurs, entraîneurs, formateurs !
C’est vous qui faites, au quotidien,  la réussite de la formation du club.


L'HYDRATATION

 

Boire de l'eau plate est essentiel pour le bon fonctionnement des muscles et la qualité de vos performances sportives. Votre alimentation vous fournit tous les nutriments (dont le sucre) nécessaires, n'en rajoutez pas. A moins de participer à un tournoi toute la journée vous n'avez pas besoin de boissons type "Gatorade" ou Coca Cola, qui contiennent beaucoup de chimie. Préparez votre corps à mieux fonctionner en buvant au moins 1 litre d'eau 2 heures avant l'entrainement. Cela vous laissera le temps de nettoyer votre organisme en allant faire pipi avant de courir, mais aussi de ne pas avoir la sensation d’être lourd sur le terrain. Continuez à boire de petites quantités d'eau pendant l'entrainement pour rester hydraté.